10.20
16

Rendez-vous bientôt à la Maison du Blues !

by Fred ·

Voilà umaison du bluesne belle initiative que France Blues soutient de tout coeur !

La Black Jack Blues Association voit les choses en grand : près de 400m² consacré au Blues à Châtres sur Cher (41) !

Avec le retour du club « Au Mi’Lieu du Blues » et son bar associatif, mais aussi un Musée européen du Blues et des espaces d’animations culturelles.

Pour en savoir plus, cliquez sur http://blackjackbluesasso.free.fr/ ! Et en attendant la mise en ligne d’un nouveau site internet, suivez l’avancée du projet en consultant la page facebook de l’association : https://www.facebook.com/La-Maison-du-Blues-1752881471652988/

Aidez Jack et Anne Marie Garcia à concrétiser ce projet :

En adhérant à la Black Jack Blues Association : Adhésion annuelle 10€ – Adhérer à une association, c’est la soutenir, même si pour cette année vous n’aurez pas encore l’avantage des activités, pour cette raison cette carte couvrira 2016 et 2017.

En les aidant physiquement pour faire quelques travaux (menuiserie, placo-plâtre, électricité, peinture, aménagements extérieurs…)

En étant donateurs avec les avantages fiscaux quelque soit la somme versée (66% abattement), mais à partir de 50€, vous figurerez sur la liste officielle des donateurs.

Léguer des pièces de collections en lien avec le Blues (guitares signées, tous instruments signés ou pas, ceintures d’harmo, sangles guitares … ayant appartenu à un Bluesman , vinyls, photos, affiches dédicacés, tickets de concerts …) Toutes les pièces données au Musée seront répertoriées et estimées pour que vous puissiez aussi le déduire de vos impôts.

Si vous ne voulez pas vous séparer de certaines pièces de collections qui vous tiennent à cœur, vous pouvez aussi mettre ces pièces de collections en prêt sur une période définie ensemble.

Vous pouvez retrouver tous les détails du projet dans une interview donnée au Magazine Blues’n’Co !
Interview Blues & Co Maison du blues.pdf

No Comments »Filed under: Les News |
10.14
16

CHARLIER / SOURISSE : du quartet… au big band

by Fred ·

Decharlierpuis vingt-cinq ans, ce duo incontournable de la scène française ne cesse de surprendre pour ses multiples projets, dont on pourrait y trouver deux constantes, ’ambition et l’exigence.

Dans leur parcours, chacun de leurs albums représente une véritable tranche de vie, une aventure unique nourrie au lent et méticuleux travail de composition, au « lâcher prise » de l’enregistrement, jusqu’au plaisir sans cesse renouvelé de la scène.

Mais chaque projet évoque aussi une rencontre exceptionnelle.

Jerry Bergonzi (« Gemini » ) Kenny Garrett (« Eleven Blues ») Kurt Rosenwinkel (« Heritage ») Alex Sipiagin (« Imaginarium »).

Sans oublier les liens forts noués avec les musiciens merveilleux dont ils ne se passent plus : Pierre Perchaud, Claude Egéa, Stéphane Guillaume et Jean-Michel Charbonnel (« Multiquarium 6tet »)

Au fil des années, à travers les multiples concerts , rencontres musicales, et Masterclass, le projet de créer un Big Band Charlier/Sourisse est apparu aux deux musiciens comme une évidence :

Leur musique, « comme un jeu de légo entretoisé multipliant les lignes de fuites, les superpositions, les à-pics vertigineux » se prête à merveille à une écriture pour grand ensemble.

Ils ont ainsi confié 13 compositions originales extraites de leurs différents albums à trois arrangeurs parmi les plus reconnus de la scène européenne : Pierre Drevet, Carine Bonnefoy et Stan Sulzmann qui ont réalisé des arrangements et orchestrations pour dix-huit musiciens.

Pour donner souffle et vie à ce Big Band, les deux compositeurs ont tenu à inviter sur l’Album des musiciens qui ont compté dans leur parcours, et avec lesquels des histoires fortes se sont forgées au fil du temps: Philip Catherine, Alex Sipiagin , Jerry Bergonzi, Perico Sambeat, Nick Smart.

Ils seront réunis le 19 octobre au Pan Piper pour un concert organisé avec le soutien de la SACEM

Renseignements et réservations sur http://pan-piper.com/

No Comments »Filed under: Les News |
10.13
16

Le documentaire « En Terre de Blues » d’Etienne Mortini bientôt en ligne sur YouTube …

by Fred ·

Vous avez peut-être déjà eu la chance de voir le film documentaire « En Terre de Blues » réalisé par Etienne Mortini à la suite de notre périple dans le Mississippi en janvier 2016, sans doute parce que vous avez visité l’exposition des photos de Sylvie Bosc à Cahors en juillet dernier, où simplement parce que vous avez eu l’occasion d’assister à une des projections qui ont eu lieu depuis l’été … A moins bien sur que vous ayez été contributeur de l’opération et que vous ayez reçu une clé USB sur laquelle figurait ce document qui est à la fois un témoignage et une formidable aventure humaine.

L’heure est maintenant venue de faire profiter de ce film au plus grand nombre et après quelques dernières petites retouches, il sera bientôt en ligne sur la chaine Youtube de France Blues ! C’est pour cette raison et pour vous mettre une nouvelle fois l’eau à la bouche que nous vous proposons ce dernier teaser rapporté de l’arrêt réalisé à Dockery Farms, la plantation sur laquelle les spécialistes s’accordent à dire que le blues est né … Vous y ressentirez l’émotion palpable dont notre photographe a été envahie mais vous y retrouverez également diverses informations relatant la vie des gens qui travaillaient dans ce lieu capital pour la suite d’une culture qui nous unit aujourd’hui !
Bon visionnage … et à bientôt pour l’intégralité du documentaire !

No Comments »Filed under: Les News |
10.5
16

Embarquement immédiat pour Memphis …

by Fred ·

Vous avez toujours rêvé d’aller à Memphis, de faire un grand tour dans le Tennessee et dans le Mississippi … et vous n’avez jamais osé franchir le pas ! Voilà un site d’aide au voyage qui devrait vous donner quelques indications indispensables pour l’organisation d’un séjour réussi dans la Capitale du Blues et le Berceau du Rock’n’Roll !

Vous hésitez encore ? Une partie de l’équipe France Blues sera à Memphis fin janvier 2017 pour accompagner les deux représentants français à l’International Blues Challenge, Vicious Steel en duo et Cotton Belly’s en groupe ! C’est une bonne occasion de partir pour le Deep South pour aller soutenir les artistes français, découvrir une ville qui ne manque pas de centres d’intérêt et aller passer un peu de temps sur Beale Street qui pour l’occasion est rendue aux bluesmen avec environ 240 groupes de blues qui jouent dans une grosse vingtaine de clubs. Bonne ambiance garantie, d’autant que les grands noms du genre se promènent incognito dans les rues de la ville !

N’hésitez pas à nous contacter ICI si vous souhaitez plus de renseignements et bien entendu à visiter le site https://www.tnvacation.com/last-song-memphis/

No Comments »Filed under: Les News |
10.3
16

De retour de ses concerts au Maroc, Nina Van Horn annonce la sortie de son nouvel album …

by Fred ·

couvertureEn attendant la sortie de son nouvel album où elle rend hommage à Nina Simone, Nina Van Horn revient sur son récent passage au Festival Tanjazz à Tanger, au Maroc ! L’album sera dans les bacs fin octobre …

Un accueil toujours remarquable au Festival Tanjazz qui laisse toujours la porte ouverte aux musiques dérivées … J’y étais pour la troisième fois (2005/2010/2016). Nous avons joué dans la cour d’honneur du Palais Moulad Affid, un ancien palais des mille et une nuits avec des concerts organisés dans chaque salle intérieure, plus belles les unes que les autres …

C’était le show Nina Simone que je présentais et l’ambiance a tout de suite été au top, jamais je n’avais autant vu danser sur sa musique, un mélange de blues, de funk et de jazz ! La jeunesse marocaine était bien là et bien décidée à apprécier … Les plus anciens étaient assis sur les chaises mais l’écoute était là, même sur les chansons lentes comme « House of the Rising Sun » ou « Feeling Good ». J’ai eu la surprise de les voir s’esclaffer de bonheur quand ils reconnaissaient les titres comme « Sinnerman » ou « My Baby Just Cares » … avec à la fin un vrai beau moment d’émotion …

Quelqu’un de la Mairie de Tanger m’a dit : « on sent vraiment l’amour que vous avez pour cette ville et ses habitants, il faut que l’on vous fasse Citoyenne d’honneur de Tanger ! » … C’est en cours et rien ne saurait me faire plus plaisir !

Le deuxième show était sur la grande place, aux pieds des remparts éclairés de la Medina et de la grande Mosquée … Il a d’ailleurs fallu attendre la fin de l’appel du Muezin local avant de commencer le show devant une place bien remplie … Le Maroc s’est çà : un mélange de religion et une grande ouverture d’esprit, des femmes habillées à l’europèenne et des femmes voilées modérément qui s’éclatent sur du blues rock ! Ça écoute, ça danse et ça vous envoie des baisers … Que demander de plus ? Cette scène a la réputation d’être la “fosse aux lions” car si le public n’adhère pas … il se met à chanter ses chants et vous tourne le dos !!!

Les médias sont ultra présents et pas un jour ne passe sans des interviews radio, presse … Tanjaoui, je vous aime !

Plus d’informations sur http://www.ninavanhorn.com/

No Comments »Filed under: Les News |
09.28
16

Aurélien Morro & The Checkers accompagneront Russ Green pour un concert en France …

by Fred ·

RUSSA l’occasion de l’enregistrement de son nouveau CD, Russ Green se produira au Hall Blues Club à Pellusin (42) le mercredi 5 Octobre. Il sera accompagné par les Clermontois “Aurélien Morro & The Checkers”, formation très en vue actuellement avec son Blues très groovy.

Jeune harmoniciste, chanteur et compositeur, Russ Green fait partie de la nouvelle génération du Blues. Il a joué, tourné et enregistré avec un certain nombre de grands noms du Blues, dont les nominés aux Grammy Award et les lauréats des Blues Music Awards, John Primer et Lurrie Bell.

Il a su tirer profit de plusieurs années à traîner dans les clubs de Blues de Chicago, en compagnie de ses amis Sugar Blue et Billy Branch dont il s’est largement inspiré.

Il travaille actuellement sur un nouveau CD, cette fois avec ses propres compositions. Et malgré l’influence de ceux avec qui il a joué et de ceux qu’il a longtemps admirés, il n’en restera pas moins Russ Green, pour notre plus grand plaisir.

Renseignements et réservations sur http://hallbluesclub.blogspot.fr/

No Comments »Filed under: Les News |
09.25
16

La belle histoire américaine de Bad Mules & Dr Dee …

by Fred ·

Bad Mules & Dr Dee, c’est l’histoire non pas d’une rencontre mais plutôt d’un coup de foudre musical qui s’est produit à Jackson, Mississippi, alors que les quatre musiciens nantais se produisaient de clubs en juke joints en attendant de participer à L’international Blues Challenge à Memphis … C’est aussi ça l’intérêt d’appartenir à un réseau qui s’efforce de fédérer le blues au niveau national, européen et plus globalement international !

Alors que les Bad Mules viennent tout juste de finir leur quatre titres lors de la traditionnelle jam blues du lundi au Hal & Mal’s, un grand black vient les voir et leur dit qu’il aimerait bien avoir un groupe comme eux pour l’accompagner … Poignées de mains, félicitations, remerciements … Rien que de très naturel en fait ! Mais quand quelques minutes plus tard, les Français sont instantanément interpellés par la voix d’un artiste qui chante comme un dieu, qu’ils laissent le matériel en plan, le rangement attendra bien encore un peu, et qu’ils foncent vers la scène histoire d’en prendre un peu plus, qu’ils découvrent alors que ce n’est autre que ce même grand Black, Dr Dee, ils sont littéralement sur le cul et craquent après une prestation digne des plus grands soulmen que l’artiste distille avec une aisance et un naturel qui forcent le respect …

Difficile d’en rester là, les présentations étaient déjà faites mais on approfondit encore un peu, on s’échange les albums et la conversation s’engage avec Dr Dee, jeune chanteur de soul et de blues originaire de Gloster, toujours dans le Mississippi ! Fascinés, les Bad Mules apprennent que c’est après avoir fréquenté les chorales de gospel de son église que le chanteur se mettra à voler de ses propres ailes et que de rencontres en rencontres, il deviendra un des artistes majeurs de la Mississippi Blues Society dont il est aujourd’hui encore un des grands contributeurs, et surtout un grand habitué des clubs mythiques de la Mississippi Blues Trail !

Bad Mules & Dr Dee

Bien décidés à ne pas en rester là, les Nantais proposent presque immédiatement à Dr Dee de venir en France découvrir leur propre Mississippi dont les eaux sablonneuses ont elles aussi donné naissance à quelques très grands groupes de blues. C’est donc pendant l’été 2016 que Bad Mules & Dr Dee se retrouveront à Nantes non seulement pour une session en studio qui donnera naissance à 10 titres de soul et de blues, toujours avec la très grande personnalité de chacun des deux groupes, mais aussi pour quelques concerts durant lesquels les cinq musiciens connaitront un immense succès !

On retrouvera le fruit de ces enregistrements sur un album annoncé pour la fin de l’année, un ouvrage à la fois chaud et métissé qui retranscrit parfaitement l’osmose unique en son genre qui est née de cette rencontre ! A tel point que Bad Mules & Dr Dee travaillent d’ores et déjà à l’élaboration d’une tournée commune pour l’été 2017 …

http://www.bad-mules.com/

No Comments »Filed under: Les News |
09.21
16

Le Blues Chicago investit le Gibus le 14 octobre …

by Fred ·

piementeursbigVoilà une initiative assez insolite à mettre au crédit d’un particulier amateur de blues ayant un pied à terre à Chicago ! Habitué des clubs comme le Blue Chicago et le Kingston Mines qu’il fréquente assidument lors de ses séjours dans la Windy City, cet antiquaire parisien a eu l’idée de faire venir pour la première fois en France une artiste qu’il avait tout particulièrement appréciée, Demetria Taylor, que les participants à la 1ère European Blues Cruise en 2014 avaient toutefois déjà pu apprécier.

Fille du regretté guitariste Eddie Taylor et de la chanteuse Lee Vera Taylor, Demetria est une chanteuse de classe internationale produite par le label Delmark de Bob Koester. Elle joue régulièrement lors de concerts où elle propose à son public un florilège des grands standards du blues mais aussi des compositions originales !

Accompagnée non pas par son groupe habituel mais par des musiciens expérimentés (Guitare : Luke Pytel – Claviers : Sumito Ariyoshi (Ariyo) – Basse : Marvin Little – Batterie : Dujan Austin) qui travaillent régulièrement avec elle, Demetria Taylor se produira en exclusivité dans une salle mythique de la capitale, Le Gibus, le vendredi 14 octobre (ouverture des portes à 19 heures 30) !

Le Gibus, c’est dans le 11ème, au 18 rue du Faubourg du Temple, et les places sont prévente à 10 Euros (15 Euros sur place le soir du concert) sur ce lien : http://www.digitick.com/le-blues-chicago-concert-concert-le-gibus-paris-14-octobre-2016-css4-digitick-pg101-ri4151373.html

No Comments »Filed under: Les News |
09.16
16

ABS n°51 (septembre 2016) est paru …

by Fred ·

abs51Au sommaire :

Entretien : Charlie Musselwhite
« Je n’ai jamais eu de plan de carrière… »
2016 est une année anniversaire pour Charlie Musselwhite. Les 50 ans de sa carrière discographique, puisque son fameux album « Stand Back », sur Vanguard – désormais un « classique » du blues – a été enregistré en 1966. Charlie Musselwhite est clairement l’un des plus grands harmonicistes blues de tous les temps. Il fait partie des derniers à avoir joué dans les clubs de Chicago dans les années 60, se liant d’amitié avec Walter Horton, jouant avec Big Joe Williams, côtoyant Muddy et consorts (toute une époque !), et a largement participé à faire connaître le blues au public blanc. Plusieurs rencontres nous ont amené à apprécier non seulement le musicien mais aussi l’homme qu’il est. Nous revenons avec lui sur ses débuts… Par Jean-Pierre Urbain

Dossier : Alligator Records
45th Anniversary, 45 ans au service du Blues
Peu de labels ont une telle longévité. 45 ans d’existence et un catalogue de pas loin de 300 albums où blues rural et urbain, zydeco, blues traditionnel de Chicago, du Texas, de Louisiane et de la West Coast ont toujours cohabité sans problème. Depuis quelque temps un blues rock de qualité et de jeunes talents qui annoncent le blues de demain (Jarekus Singleton, Selwyn Birchwood et même Shemekia Copeland qui revient en force avec des albums éclectiques, très contemporains…), dominent le catalogue. Le volontarisme et la curiosité de Bruce Iglauer n’ont pas pris une ride. Par Robert Sacré

Interview : Omar Coleman
Un vent de fraîcheur sur la Windy City
Il se définit comme « un blues guy avec un pied dans le folk, le rhythm’n blues, la soul, le rock’n roll et le gospel. « Born and Raised », le premier album d’Omar Coleman chez Delmark, est sorti l’an dernier. Il vient d’être suivi par un « Live ! » enregistré chez Rosa’s, le club du West Side de Chicago. Voix puissante, un ton résolument funky, l’harmoniciste et chanteur fait souffler un vent de fraîcheur sur la Windy City. Une brise bienvenue. Par Françoise Digel

Hommage : Muhammad Ali
Combattant magnifique
Le boxeur et combattant magnifique sur les rings et dans la vie, Muhammad Ali, vient de disparaître. La nouvelle de sa mort a touché et a fait vibrer une corde sensible chez tous les vrais amateurs de musique afro-américaine et qu’un magazine comme ABS, qui essaie de porter un autre regard sur cette musique et son environnement, se devait de lui rendre hommage pour son rôle de libérateur et de pionnier. Par Marin Poumérol

Hommage : Dusty Brown
Un bluesman authentique
Le 10 juillet 2016, Scott Dirks, co-auteur de la biographie de Little Walter « Blues With a Feeling », annonçait sur les réseaux sociaux le décès de Dusty Brown, chanteur et harmoniciste « se situant entre Jimmy Reed et Little Walter » selon Gérard Herzhaft. Voici le portrait de ce regretté bluesman méconnu. Par Gilbert Guyonnet

Golden Vinyls : Andrew Blueblood McMahon
« Blueblood » – DHARMA Records – Dharma 4401 (US–1973)
Par Marin Poumérol

Jazz Me Blue : Amina Claudine Myers
Sama Rou suspend son vol
Par Stéphane Colin

• et le bloc-notes, les annonces des festivals et de nombreuses chroniques de disques.

Renseignements et abonnements sur http://www.absmag.fr/

No Comments »Filed under: Les News |
09.15
16

Soul Bag n°224 en kiosque le 16 septembre 2016 …

by Fred ·

sb224Au Sommaire

Aaron Neville
-Les mots à fleur de peau : En plus de cinquante ans de carrière, jamais Aaron Neville n’avait publié un disque aussi personnel. “Apache”, ou “l’autre face d’Aaron Neville”, ce sont onze morceaux d’une diversité et d’une profondeur exceptionnelles. Voici comment l’un des plus grands chanteurs de La Nouvelle-Orléans a attendu d’avoir 75 ans pour dire ce qui fait battre son cœur. Récits de la vie plus grande que nature. Par Julien Crué

-Aaron en solo (ou presque) : Paradoxe numéro 1: Aaron Neville est un colosse à la voix d’ange. Numéro 2 : Tell it like it is, son tube mondial, ne lui a pas rapporté un nickel (or a dime). Numéro 3 : sur sa douzaine d’albums solos, aucun n’a décroché de récompense aux Grammy Awards, le panthéon de l’industrie musicale américaine. Voilà qui mérite quelque éclairage. Par Julien Crué

-La touche Krasno : En réalisant la fusion entre le bayou de Louisiane et les rues de New York, Eric Krasno sera désormais reconnu comme celui qui, pour Aaron Neville, aura bitumé les marécages tout en répandant le mojo sous les roues des taxis jaunes. Retour sur une collaboration aux airs de succès. Par Franck Cochon

Bobby Rush : Du piquant dans la besace
Il n’y a pas d’âge pour se bonifier. Qu’il ait 75, 79 ou 82 ans, Bobby Rush continue d’aller de l’avant et le prouve à travers un album entièrement réalisé dans son État natal, la Louisiane. “Porcupine Meat”, c’est une histoire drôle et bluesy, le fruit de la rencontre entre le roi du chitlin’ circuit et Scott Billington, producteur chez Rounder Records, déjà auréolé de deux Grammy Awards. En attendant, on l’espère, une nouvelle récompense, les deux hommes se confient, épanouis. Par Julien Crué

Sax Gordon : Le souffle du bonheur
Porte-drapeau d’un courant stylistique apparu à l’orée des années 40 et dont l’expressionnisme débridé puise sa force dans le blues, le rhythm’n’blues et le jazz, Gordon Beadle est sans conteste l’un des plus grands saxophonistes contemporains. Showman hors pair, improvisateur flamboyant, inlassable globe-trotter à la tête d’une discographie impressionnante, l’homme est aussi l’un des musiciens les plus appréciés du circuit. En le rencontrant, on comprend vite pourquoi. Généreux, altruiste, cultivé, il conserve pour son métier le même enthousiasme qu’à ses débuts. Par Ulrick Parfum

Guy King : Sur le bout des doigts
Somptueux condensé de blues, de jazz et de rhythm’n’blues, le quatrième album de Guy King (“Truth”, couronné du Pied dans notre précédent numéro) constitue l’un des événements discographiques marquants de cette année. Il nous tardait d’en savoir plus sur ce guitariste- chanteur qui décida un beau jour de tout quitter pour assouvir sa passion pour le blues et qui, vingt ans plus tard, à force de courage et d’abnégation, est sur le point d’arriver au firmament des étoiles de Chicago. Par Ulrick Parfum

Corey Dennison : Gros cœur, grand blues
Né pour jouer le blues. C’est ce qu’on pourrait dire de Corey Dennison, guitariste au physique de grizzly bienveillant qui signe sur Delmark un premier album tout à fait remarquable. Corey qui ? Presque sorti de nulle part, l’homme méritait qu’on aille faire plus ample connaissance avec lui. Par Éric D.

James Carr : La trace d’une voix en or
Il y a cinquante ans, il enregistrait une ballade ô combien marquante, The Dark end of the street. En l’espace d’une série de 45- tours et de deux albums désormais inscrits au panthéon de la southern soul, James Carr a réussi à s’imposer comme l’une des voix les plus singulières de la musique noire- américaine, avant de s’éteindre dans l’anonymat sur son lit d’hôpital, le 7 Janvier 2001. La légende de James Carr est celle d’une voix bouleversante, étouffée prématurément par des troubles psychologiques chroniques. L’histoire d’une étoile filante, en somme. Par Nicolas Rogès

Matthew Skoller : Le passeport bleu
En expert éclairé, il nous guidait le trimestre dernier dans les replis du Chicago blues. Cette fois, c’est la parution d’un bijou de nouvel album – onze ans après le précédent – qui nous pousse à redonner la parole au chanteur- harmoniciste-songwriter. Pour évoquer une relation au blues particulière, celle d’un homme et d’un artiste qui nourrit un héritage qu’il connaît et respecte profondément. Histoire d’un voyage au long cours. Par Nicolas Teurnier

Terrie Odabi : Transmission épanouie
Avec “My Blue Soul”, cette chanteuse d’Oakland signe à 53 ans un premier album sur lequel sa fraîcheur et son dynamisme stupéfient et revitalisent le blues. Vocaliste et compositrice prometteuse, elle évolue en outre au sein d’un groupe souverain qui met en valeur ses qualités. Par Daniel Léon

Eli “Paperboy” Reed : Inspire à fond
Deux ans après la sortie d’un album mal reçu (une seule étoile dans Soul Bag 215), le nouveau disque du chanteur-guitariste, couronné du Pied dans notre précédent numéro, apparaît comme un impressionnant retour en forme. Sans langue de bois, l’intéressé revient sur sa démarche. Par Frédéric Adrian

The Excitements : À coup de rhythm and blues
Trop habitués aux produits d’importation anglais ou allemands, on en avait négligé que l’Espagne était aussi membre du marché soul européen. Loin des studios suréquipés débitant une musique hors-sol perfusée d’émotions artificielles, The Excitements cultivent leur terreau sixties en respectant des modes de productions ancestraux. Entre deux scènes et des tonnes de paperasses, le bassiste Daniel Segura a trouvé un peu de temps… Par Franck Cochon

Scarecrow : Le blues à flow
Six ans que le quartet toulousain déverse son alliage blues-hip-hop sur des kilomètres de scène. Fort d’un nouvel album, Scarecrow paraît plus que jamais déterminé à poursuivre un chemin qu’il a su se tracer lui-même. Échange avec Antibiotik Daw, MC et scratcheur du groupe. Par Jules do Mar

Eric Krasno : L’aventure en solo
Quand il ne brûle pas le funk violent de Lettuce de ses soli de guitare incandescents, quand il ne noircit pas les partitions de Soulive de ses tricots soul-jazz, Eric Krasno produit titres et albums entiers pour d’autres (dont le nouveau Aaron Neville, voir page 26). Et, quand il lui reste des plages horaires vierges dans son agenda, l’homme au chapeau indévissable se met au travail pour lui-même. Écrit, compose, produit, joue et chante ses propres morceaux, dans des directions opposées de celles empruntées avec ses groupes… Par Franck Cochon

Giles Robson : Un pari en douze mesures
Cet harmoniciste et chanteur de blues anglais a non seulement du talent mais aussi de la ressource pour faire des paris gagnants. Il nous dit comment un concert arrangé au dernier moment est en train de donner une deuxième face à sa carrière. Par Christophe Mourot

Con Brio : Baie attitude
Nouvelle sensation soul-funk venue de San Francisco, Con Brio, qui vient de publier un premier album, est précédé d’un buzz enthousiaste reposant sur des prestations scéniques incendiaires. À moins d’une heure de leur premier concert en France, rencontre avec Andrew Laubacher et Benjamin Andrews, respectivement batteur et guitariste du groupe. Par Frédéric Adrian

Et aussi : hommages à Bernie Worrell et Sir Mack Rice.
Et plus de 180 chroniques de CD, livres et DVD.

+ Le CD Soul Bag : Chaque semestre, Soul Bag offre un CD à ses abonnés. Sampler de 14 titres sélectionnés par nos soins parmi les nouveaux disques chroniqués dans nos pages. Sur le CD d’octobre-novembre-décembre 2016 : Bobby Rush, William Bell, Aaron Neville, Matthew Skoller, Corey Dennison Band, Tasha Taylor, Curtis Salgado, Fantastic Negrito, Big Jon Atkinson & Bob Corritore, Lurrie Bell, Guy King, Terrie Odabi, Kenny Neal, Harmonicah Shah

Renseignements et abonnements sur http://www.soulbag.fr/

No Comments »Filed under: Les News |