Archive for the ‘Les News’ Category

04.15
20

Du Blues en ligne pour célébrer le 10ème European Blues Challenge …

by Fred ·

ebc2020Nous approchons des dates initialement prévues pour le 10ème European Blues Challenge, les 17 et 18 avril, des journées où nous étions censés nous rencontrer et passer un bon moment à Zaandam. C’est pourquoi l’European Blues Union tient à nous réunir par les meilleurs moyens disponibles pour marquer ces journées en proposant du blues en ligne …

Sur le site Web et sur la chaîne YouTube de l’EBU, de superbes vidéos des éditions précédentes ont été postées ! Regardez-les et profitez-en.

Mercredi 15 et jeudi 16 avril, des vidéos de tous les groupes participant à l’EBC 2020 seront proposées sur la page Facebook et sur le site Web de l’EBU … Soyez attentifs !

Mais plus encore, activez les notifications de la chaîne de l’European Blues Union car vendredi 17 et samedi 18 avril seront proposés des événements en direct de toute l’Europe, dédiés à l’European Blues Challenge, aux organisateurs de cette édition qui ont beaucoup travaillé pour préparer cette édition et à vous tous, fans de blues ! Vous ne voulez pas les manquer et nous ne voulons pas que vous nous manquiez !

Nous entendrons quelques chansons originales et inédites de « quarantaine » des participants de cette année ainsi que leurs messages personnels. Nous entendrons en direct le président de l’EBU, le président de la Dutch Blues Foundation, le président de la UK Blues Federation, les précédents organisateurs de l’EBC 2019, Santa Maria Blues, ainsi que nos amis d’outre-Atlantique.

Samedi soir, pourrez profiter d’un cadeau de la gagnante de l’EBC 2019, Kyla Brox, qui sera en direct pour une prestation courte dédiée à l’European Blues Challenge et à vous tous, la communauté européenne et mondiale du blues !

Partagez cette information avec vos proches et invitez d’autres personnes à venir nous rejoindre …

Tous ensemble, veillons à ce que la flamme du blues reste allumée jusqu’à ce que nous nous retrouvions tous à nouveau !

03.31
20

France Blues lance une enquête pour pouvoir déterminer les aides à apporter à la suite de la crise sanitaire …

by Fred ·

Afin de pouvoir relayer efficacement vos besoins et vos attentes auprès de nos divers interlocuteurs et de pouvoir prendre des mesures efficaces pour vous venir en aide le moment venu, nous avons créé une enquête spécifique qui s’adresse non seulement aux artistes mais aussi aux professionnels du spectacle, aux festivals et même au public.

Nous vous remercions de bien vouloir répondre massivement à cette enquête afin de nous permettre d’obtenir une cartographie la plus précise possible de la situation engendrée par cette pandémie qui nous touche. N’hésitez pas à la partager autour de vous, à faire répondre chacun des musiciens si vous représentez un groupe ! Il va sans dire que toutes les réponses reçues resteront anonymes et confidentielles. Plus vous serez nombreux à répondre, mieux nous serons en mesure de vous apporter une aide utile et efficace.

03.21
20

Blues Magazine #96 est en kiosque !

by Fred ·

bm96Magazine trimestriel du Blues en France, d’un format pratique (16 cm X 24 cm), le magazine comporte 96 pages. Tout en couleur et abondamment illustré de photographies, le magazine vous fait revivre les concerts des artistes en tournée en France, vous replonge périodiquement dans l’histoire et les racines de la musique BLUES, sans oublier bien entendu de vous parler des dernières nouveautés du BLUES.

Au sommaire du N°96 :

– Les interviews de George Benson, Nico Duportal And The Sparks, Rod Barthet, Tedeschi Trucks Band, Bourbon Street, Red Beans & Pepper Sauce …

– Les comptes rendus de concerts Tremplin Blues de Traverse, 25ème Lucerne Blues Festival, B.A.R. Festival, Le Buis Blues Festival …

– La saga Champion Mick Pini …

– La 2ème partie du dossier « Quand les indépendants étaient rois – la marque Specialty » …

– et les rubriques habituelles : Chroniques CD, DVD, Livres, l’Harmo de Greg, la Basse de Pascal, la Guitare de François, La Lettre et l’Esprit, Retour Pédagogique et Surfin Blues

Renseignements et abonnements sur www.bluesmagazine.net

03.18
20

Soul Bag n° 238 en kiosque le 20 mars 2020

by Fred ·
CoverSB-23-ok

CoverSB-23-ok

• Little Walter

-Inspire sans limites
Peu d’artistes blues ont marqué la pratique de leur instrument comme Little Walter. Si pour la guitare, il y a eu un avant et un après B.B. King, pour l’harmonica il y a encore plus incontestablement un avant et un après Little Walter. John Lee “Sonny Boy” Williamson en avait déjà fait un instrument de premier plan, mais Little Walter est allé plus loin, en définissant un symbole du blues et transformant l’harmoniciste en musicien à part entière. Par Christophe Mourot

-Un “tone” qui trône
Si ses premiers enregistrements dans un style purement acoustique déjà éblouissant montrent des réminiscences évidentes de John Lee Williamson et de Rice Miller, qui l’avait pris sous son aile à Memphis, Little Walter, une fois à Chicago, s’est très vite démarqué de ses illustres aînés. Par Pierre Degeneffe

-Sur la brèche
Pro à 15 ans, vedette à 22 et mort à 37, Little Walter était un homme pressé… Sauf en musique… Là, il devenait un maître du temps. Par Jean-Jacques Milteau

-Dix disciples
À peu près tous les harmonicistes de blues ont été influencés par Little Walter. Juke constitue un passage obligé de tout impétrant qui se doit de le connaître par coeur. Comment alors les singulariser ? La majorité de l’œuvre enregistrée doit se conformer aux cannons waltériens : le sound amplifié jusqu’à saturation, le phrasé sax ténor et le swing Chicago. Voici notre Top 10. Par André Hobus

• Ben (l’Oncle Soul) : Vibre plus libre
Il y a dix ans il déployait un étendard soul sixties sur toute la France. Mais le réduire à son Soulman serait une erreur tant Benjamin Duterde a fait du chemin sans bretelles ni nœud pap’. Aujourd’hui il s’émancipe d’une partie de son surnom (appelez-le “Ben”), rebat les cartes et signe un quatrième album bien ancré dans la richesse du R&B actuel. L’occasion de retracer le parcours d’un trentenaire accro aux vibrations soulful. Par Nicolas Teurnier – Photos par Éric Garault pour Soul Bag

• Rick Estrin : Les aventures d’un drôle d’oiseau
Chanteur-raconteur au bagout contagieux, maître harmoniciste et redoutable entertainer, Rick Estrin s’est forgé une sacrée personnalité au fil d’improbables rencontres dans les franges interlopes de San Francisco et de Chicago. Malgré une carrière longue d’un demi-siècle et une ribambelle d’albums de haut vol, le Californien reste rare dans nos contrées. Conversation en cabine à bord d’une Blues Cruise. Par André Hobus

• Billy Branch : Transmission à vent
En février il était en Grande-Bretagne, accompagné de la fille de Little Walter, pour interpréter la musique du grand harmoniciste. En mars-avril, il jouera en Chine, avec ses Sons of Blues, dans le cadre du programme Blues in Schools lancé il y a plus quarante ans. Et, en juin, nul doute qu’on le croisera à Chicago lors du Blues Fest. À 68 ans, Billy Branch assume plus que jamais sa place de messager du blues de la Windy City. Par Brigitte Charvolin et Julien Crué

• George “Wild Child” Butler : Le blues en bandoulière
Décédé discrètement en 2005, cet harmoniciste-chanteur, dont aucun praticien contemporain ne se réclame, est déjà bien oublié. À l’image de sa vie menée tranquillement, George “Wild Child” Butler fut simplement un bluesman itinérant en décalage avec son temps. Portait d’un musicien que nous avons côtoyé pendant trente ans. Par André Hobus

• Colemine Records : Creuser le sillon
Se méfiant des coups marketing et du rendement immédiat, Terry Cole a compris que l’exigence, la patience et la maîtrise du temps long sont des qualités indispensables à la réussite de son entreprise. Dès lors, il n’est pas étonnant que Colemine Records, basé dans l’Ohio, s’impose aujourd’hui comme un label phare en matière de soul et de funk. Par Ulrick Parfum et Hugues Marly

• Tami Neilson : Question de volume
La chanteuse néo-zélandaise d’adoption revient avec le détonant “CHICKABOOM!”. Sur le chemin du retour de La Nouvelle-Orléans, elle a pris le temps d’évoquer avec nous son nouvel album et de nous expliquer comment construire son identité sonore et trouver un public quand on se revendique à la fois de Mavis Staples et de Dolly Parton. Par Benoit Gautier

• José James : Home is where the vibe is
Après une solide carrière dans le jazz, José James a pris des détours inattendus via le rock alternatif et la trap music puis rendu hommage à Bill Withers. Aujourd’hui, le crooner de Minneapolis choisit d’offrir une suite à son fameux “No Beginning No End” de 2012. Comme un retour à la maison après un lointain voyage. Par Mathieu Presseq

• Neal Francis : Saisit sa chance
Inconnu il y a encore quelques mois, le Chicagoan Neal Francis est l’une des révélations majeures de ce début d’année. Couvert de louanges par la critique, soutenu par des fans de plus en plus nombreux, son premier album, “Changes”, fantastique succédané de funk soul early ’70s, réinvente avec brio les ambiances louches concoctées naguère par Dr.John ou Allen Toussaint. Par Ulrick Parfum

• Mark Hummel : L’harmo dans la peau
Mark Hummel est un activiste de l’harmonica, son projet “Harmonica Blowouts” né il y a trente ans le montre avec des concerts et des disques réunissant des harmonicistes de toutes origines. Lui-même est capable de jouer dans tous les styles, en y apportant sa touche personnelle. Discussion avec un incontournable de l’instrument. Par Christophe Mourot

• Gregory Porter : Bigger than love
Trop grand, trop fort. Colosse aux pieds tout sauf fragiles, Gregory Porter impose sa stature et s’impose avec évidence comme le crooner parfait, entre gospel, jazz et soul. Des genres qu’il sublime une fois encore dans “All Rise”, un sixième album qui devait être celui de la colère et qui a fini par baisser les armes face à l’amour. Par Mathieu Bellisario – Photo par Éric Garault pour Soul Bag

• King Solomon Hicks : Jamais sans elle
À l’heure où les jeunes Afro-Américains sont peu nombreux à embrasser la cause du blues, saluons l’arrivée sur la scène internationale de ce brillant guitariste signataire d’un solide nouvel album chez Provogue. Par Ulrick Parfum

• Crystal Thomas : Southern voice
Elle faisait partie des cinq “Texas Queens” choisies par la formation japonaise Bloodest Saxophone pour figurer sur leur album américain. Elle s’y distingua particulièrement. De quoi donner envie de mieux la connaître, alors qu’un nouvel album se profilait. Par Jacques Périn

• Reverend John Wilkins : Sans se presser
À 76 ans, Reverend John Wilkins n’a publié que deux albums complets ; et encore, à cette heure, l’excellent “Trouble” n’est distribué par aucun label. Pour autant, l’homme n’est toujours pas pressé. La gloire peut attendre. You can’t hurry God, comme dit ce gospel qui lui colle à la peau. Par Julien Crué

• Gus Jenkins : Sort du bois
Depuis l’apparition du CD, on pouvait croire que rien n’avait échappé à sa fièvre de rééditions. Du moins rien d’important. Un sentiment à nuancer quand émerge après tant d’années un album comme celui du pianiste Gus Jenkins. Un double qui plus est ! Par Jacques Périn

• A Day On… Legendary Rhythm & Blues Cruise
À l’automne dernier un gigantesque navire sillonnait à nouveau l’océan avec à son bord le gratin de la scène blues actuelle. Une 33e édition abondante à tous les niveaux. Témoignage de notre envoyé spécial. Par André Hobus

Et plus de 150 chroniques de CD, livres et DVD.

+ Le CD Soul Bag : Chaque semestre, Soul Bag offre un CD à ses abonnés. Sampler de 14 titres sélectionnés par nos soins parmi les nouveaux disques chroniqués dans nos pages.

Renseignements et abonnements sur http://www.soulbag.fr/

03.17
20

Report de l’European Blues Challenge 2020 …

by Fred ·

ebc2020En raison de la pandémie de Covid-19 qui affecte les pays européens, Blues In Zaanstad, en accord avec l’European Blues Union et la Dutch Blues Foundation, a décidé de reporter L’European Blues Challenge 2020. Voici l’annonce officielle par les organisateurs locaux de l’événement :

L’European Blues Challenge 2020 et le virus Covid-19: mise à jour du 17 mars

Nous avons le regret d’annoncer, tel qu’approuvé par l’European Blues Union ainsi que par la Dutch Blues Foundation, le report de l’European Blues Challenge 2020, en raison de l’incertitude concernant l’état des mesures à prendre dans la bataille contre Covid-19.

Il est imprudent de persévérer dans la poursuite du Challenge. Plusieurs pays ont en outre informé l’European Blues Union qu’ils s’abstiendront de participer, soit par mesure de précaution, soit en raison des restrictions imposées par leurs gouvernements respectifs.

Nous précisons que le Challenge est seulement reporté, pas annulé.

Nous espérons que l’évolution de la situation face à Covid-19 permettra de donner une date alternative avant les vacances d’été. Les billets déjà achetés resteront valables pour la nouvelle date.

Nous vous tiendrons informé.

Nous regrettons profondément d’être contraints de prendre cette mesure, mais la pandémie de Covid-19 nous confronte à une situation extraordinaire aux conséquences lourdes.

Avec le blues à l’esprit et nos meilleures salutations

Le Conseil d’Administration de la Fondation Blues in Zaanstad

Pour sa part, l’European Blues Union regrette profondément cette situation, mais notre principale préoccupation est de garantir la santé et la sécurité des musiciens participants, de nos membres et de l’ensemble du public.

Nous vous tiendrons informés de tout nouveau détail pratique et d’autres informations pertinentes.

Merci pour votre coopération et votre compréhension,

Le Conseil d’Administration de l’European Blues Union

03.10
20

Le Blues et la situation sanitaire en France …

by Fred ·

Chers Adhérents, chers Amis,

Vous ne pouvez pas ignorer l’existence de l’épidémie qui menace actuellement la planète en général et l’Europe en particulier et sans aucun doute êtes-vous, tout comme nous, assez las de toutes ces annonces et autres informations dont on nous assomme du matin jusqu’au soir …

Toutefois, il ne faut pas négliger que cette épidémie qui gagne petit à petit du terrain va avoir des répercussions importantes sur notre façon de vivre notre passion pour le blues pour les uns, notre métier pour les autres. La première de ces répercussions est liée aux annulations prévisibles, inévitables, et déjà annoncées pour nombre d’entre elles. Elles ont deux effets principaux qui impactent d’une part les artistes, techniciens, etc. et de l’autre les organisateurs de spectacles, salles et festivals. Nous allons aborder ces deux points de manière distincte.

En ce qui concerne les professionnels du spectacle (artistes, techniciens, etc.)

La première conséquence importante est une diminution drastique de vos revenus courants, ce qui n’est absolument pas négligeable. La seconde conséquence risque de vous impacter sur le « moyen terme » puisqu’elle concerne votre intermittence. En effet, la diminution de votre activité va rendre l’obtention des cachets nécessaires à votre renouvellement assez compliquée et si rien n’est fait, vous risquez fort de ne plus bénéficier au terme de votre période de réalisation de vos allocations spécifiques.

Une pétition a été lancée sur le site change.org (voir ici) et recueille déjà de nombreuses signatures. Elle est malheureusement assez mal écrite, remplie de fautes et de contre-vérités, mais elle a avant tout le mérite d’exister et de rassembler les professionnels pour faire passer une demande légitime auprès de nos dirigeants qui ne pourront pas y être insensibles. Nous vous invitons donc à vous joindre aux signataires pour que le cri d’alarme soit entendu ! Pour notre part, nous restons à votre écoute concernant les informations complémentaires à faire circuler et les démarches à éventuellement engager.

En ce qui concerne les organisateurs de spectacles (salles, festivals, etc.)

Le risque principal est l’obligation d’annuler purement et simplement votre événement sur ordre de la Préfecture. Il en résulte alors un cas de force majeure qui vous oblige à rembourser les billets déjà émis et, à défaut d’avoir souscrit une assurance couvrant ce genre de risque, vous perdez les frais déjà engagés, notamment en ce qui concerne la promotion et la communication, ce qui n’est déjà pas neutre. Le cas de force majeure étant difficile à contester devant les tribunaux et l’annulation n’étant pas de votre fait, vous n’aurez pas à verser de cachet à l’artiste ou au producteur du spectacle et les choses en resteront là, au mieux avec une reprogrammation plus tard, au pire avec une annulation pure et simple. A ce sujet, pensez à lire cet article vraiment bien fait : https://www.movinmotion.com/annulation-evenement/

Attention toutefois à la date de signature du contrat ! Si un contrat signé avant le déclenchement de l’épidémie ne posera pas de problème pour la reconnaissance d’un cas de force majeure, tous les éléments requis étant présents, qu’en sera-t-il pour un contrat signé après la reconnaissance de l’épidémie ? En effet, pour être reconnue de force majeure, la cause doit être la cause doit être « imprévisible », « insurmontable », et « échapper au contrôle des personnes concernées ». Or l’épidémie étant de notoriété publique, il n’est plus possible d’évoquer son caractère « imprévisible », ce qui est susceptible de tout changer en cas de litige.

Nous avons soumis la question à nos spécialistes en Droit et attendons leur réponse au plus vite. Toutefois, dans cette attente, nous vous recommandons de bien préciser sur tous vos contrats qu’en cas d’annulation imposée par les autorités en raison de la crise sanitaire liée au COVID-19 et à toutes les crises sanitaires pouvant en découler, aucune indemnisation de quelque nature que ce soit ne pourra être réclamée.

Nous ne manquerons pas de revenir vers vous très vite dès que nous aurons plus d’informations à vous fournir.

A très vite sur les routes du Blues !

L’équipe France Blues

03.8
20

Les cendres de JP Savouyaud ont été dispersées à Chicago

by Fred ·

Disparu le 9 février dernier, JP Savouyaud était bien connu dans le monde du Blues pour avoir créé et animé le fanzine « Virus de Blues » et l’émission de radio du même nom mais aussi pour avoir participé à l’organisation de plusieurs festivals et événements. Apprécié des uns, détesté des autres, son franc parler ne laissait personne indifférent …

jps
Pour lui rendre un dernier hommage, ses amis ont souhaité que ses cendres soient dispersées à Chicago et c’est en musique qu’ils en ont enterré une partie au Restvale Cemetery, à côté de Muddy Waters, avec une petite figurine représentant un coq, du sable et des coquillages de l’océan où il allait se baigner dans sa région et quelques pétales de fleurs envoyés par sa compagne. Le reste de cendres a été remis à la Chicago River qui rejoint le Chicago portage reliant les Grands Lacs et le bassin versant du Mississippi.

03.1
20

Sierre Blues Festival, le plus Français des festivals Suisses, s’apprête à recevoir Fantastic Negrito, artiste récompensé aux Grammy Awards !

by Fred ·

sc20Après l’annonce de la venue de ZUCCHERO comme tête d’affiche de sa 12ème édition, le Sierre Blues Festival réussit un autre joli coup en signant les FANTASTIC NEGRITO en exclusivité Suisse romande pour le vendredi 12 juin.

Lorsque vous écoutez Fantastic Negrito, vous êtes invité à entendre l’histoire de la vie après la destruction. Chaque chanson est l’histoire réelle d’un musicien d’Oakland qui a connu les hauts d’un contrat de disque d’un million de dollars, les bas d’un accident de voiture presque mortel qui l’a laissé dans le coma, et qui est maintenant au milieu d’une renaissance qui l’a fait passer des rues d’Oakland à la scène des Grammy Awards. En chemin, il a gagné le concours NPR Tiny Desk et a joué dans des festivals prestigieux tels que le Byron Bay Bluesfest en Australie et le Glastonbury Festival en Angleterre et ce sera un superbe moment que de le voir sur la Plaine Bellevue, tant son show est qualifié d’énergique avec un mélange un « Delta Blues » updaté et un funky à la James Brown.

Les deux premiers albums de Fantastic Negrito, The Last Days of Oakland (2017) et Please Don’t Be Dead (2019) ont remporté les Grammys Awards du meilleur album de blues contemporain, et son troisième album très attendu Have You Lost Your Mind Yet ? sortira cet été.

Les billets sont d’ores et déjà en prévente exclusivement auprès des partenaires du festival que sont Starticket et la Fnac. L’ensemble de la programmation sera dévoilée le mardi 10 mars prochain à 20h. Précisons encore que le Sierre Blues Festival 2020 se déroulera du 11 au 13 juin et que pour la soirée du jeudi 11 juin, l’entrée est gratuite !

Renseignements sur http://www.sierreblues.ch/

02.29
20

Blues en Tête d’Affiche s’expose à La Traverse à Cléon (76)

by Fred ·

jerrybtaL’exposition photo « Blues en Tête d’Affiche » de Jerry T. sera visible à La Traverse pendant le Festival Blues de Mars, du jeudi 5 mars pour le concert de Kaz Hawkins jusqu’au samedi 16 mai pour le Spring Break Blues.

Cette exposition vous présente les plus grands artistes de la scène blues internationale, des artistes de grande qualité qui sont programmés en tête d’affiche dans de prestigieux festivals en France, en Europe, et partout dans le monde.

Les clichés ont été pris entre 2017 et fin 2019 au fil de concerts en France, Croatie, Danemark, USA, et partout où ces grands artistes se produisent, partout où Jerry T. à eu l’occasion de les croiser sur scène.

« C’est un honneur d’accrocher cette expo dans cet endroit majeur pour le Blues en France qu’est La Traverse ! » nous confiait récemment son créateur …

Programme complet de La Traverse sur http://www.latraverse.org/

02.28
20

ABS Magazine #69 online est paru !

by Fred ·

abs69Au sommaire :

• Tutu Jones : Un musicien de caractère
Quand on évoque ses compositions à Tutu Jones (en Une de ce numéro), il répond : « Elles viennent du Blues bien sûr, mais il ne faut pas oublier la Soul et le Rhythm & Blues. C’est à l’image d’un arbre avec plusieurs branches, l’ensemble représente au final ma musique ». C’est lors du Eastside Kings Festival d’Eddie Stout à Austin en septembre 2019 que Jean-Luc Vabres et Gilbert Guyonnet ont pu rencontrer le musicien texan. Interview. Par JL Vabres et Gilbert Guyonnet

• Nola is Calling : Jarring Effects fait son effet !
Le label français Jarring Effects nous offre un voyage inédit à La Nouvelle-Orléans à travers un collectif de musiciens d’horizons différents ; histoire passionnante et CD/vidéos à ne manquer sous aucun prétexte (aperçu dans ce numéro online). Par Stéphane Colin

• Lindsay Beaver : À tambour battant !
Belle rencontre que celle de la musicienne canadienne basée à Austin, Texas, Lindsay Beaver, dont l’album paru en 2018 chez Alligator (« Tough As Love » – ALCD 4986) nous avait enchanté. Rencontre avec cette jeune chanteuse auteur-compositeur et percussionniste passionnée et énergique. Par Marcel Bénédit

• Kip Anderson : Deep Soul from South Carolina
Kipling T. Anderson, né le 24 janvier 1938 à Starr (en Caroline du Sud) et décédé le 29 août 2007 à Anderson (toujours en Caroline du Sud) fut un « deep » soulman accompli. Une de ces voix qu’on n’oublie pas. Retour sur la carrière de cet artiste de grand talent. Par Marin Poumérol

Et de nombreuses chroniques de CD dans ce numéro.

A découvrir sur www.absmag.fr